Rouler à l’huile de friture en France : légal ou pas ?

La question de la préservation de l’environnement aboutit souvent à des solutions qui semblaient inimaginables quelques années plus tôt. Parmi celles-ci, entre le covoiturage et le contrôle de la pression des pneus, les biocarburants figurent en bonne place. Tandis que l’essence et le gasoil restent assez chers, un autre carburant remarquable reste inutilisé : l’huile de friture. Chaque année, des grandes quantités d’huiles consommées sont recyclées, mais une très petite quantité seulement se retrouve dans le moteur. Pour certains, l’huile de friture est plus économique et écologique que le bioéthanol ou l’huile de colza déjà utilisés. D’autres restent sceptiques et pense qu’elle est dangereuse. Néanmoins, ce biocarburant connait de plus en plus de succès, car il permet une grande économie. Quant à son utilisation et les implications judiciaires, l’Union européenne et la France ont deux législations différentes.

Crédit photo : Freedigitalphotos.net – supakitmod

De l’huile dans le gasoil ?

L’idée d’utiliser l’huile pour les moteurs n’est pas si récente que ça. En effet, l’inventeur du moteur diesel lui-même avait à l’époque pensé à ce biocarburant avec lequel il effectua des tests. C’était en 1892, mais la plupart des moteurs diesel dans leur conception même, sont habiletés à rouler au biocarburant. Cependant pour une bonne utilisation, il faudra procéder à quelques petites modifications pour rouler sans soucis, pour préchauffer l’huile ou la pomper.
Le mode d’emploi est assez simple : dénicher de l’huile de friture déjà utilisée et la laisser décanter pendant au moins une semaine. Ensuite il faut initier le filtrage : utiliser un drap comme filtre grossier et un filtre à café comme filtre fin à la dernière étape. A la fin du processus, l’huile obtenue est prête à être utilisée. Évidemment, il faudra mettre un soin particulier dans le filtrage sinon le biocarburant pourrait bien endommager le moteur. Voici les quelques conditions obligatoires : l’huile doit être sans sucre, sel ou graisse.

La législation européenne

Depuis 2003, l’Union Européenne s’est portée en faveur de l’utilisation du biocarburant dans les transports, consciente de la possibilité de diminuer considérablement les émissions en CO2. Ainsi, dans les pays comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne, les usagers peuvent circuler librement avec un plein de biocarburant. De plus, les membres de l’UE se sont engagés sous la directive de 2009 qui incite à promouvoir l’utilisation du biocarburant pour atteindre 10% d’énergies renouvelables d’ici dix ans. Cette directive fait bénéficier au diesel sous biocarburant une réduction de la Taxe générale des Activités Polluantes.

Ce que dit la loi Française

En France, utiliser de l’huile de friture comme carburant n’est pas évident. En effet, la loi française est quelque peu sceptique à l’égard de ce biocarburant. Malgré la directive européenne qui l’autorise, la loi française interdit l’utilisation de l’huile de friture dans les moteurs. Pour l’instant, les seules personnes autorisées sont les agriculteurs et les conducteurs de transporteurs travaillant pour les fast-foods. Ceux-là sont libres à condition de produire eux même leur biocarburant. Pour les services des douanes, il n’y a pas matière à négocier, les huiles végétales pures ne sont tout simplement pas listées comme carburants autorisés en France. La Direction générale du Climat et de l’Énergie (DGCE) justifie sa position par le fait que l’huile de friture n’est pas encore vraiment testée et reconnue par des laboratoires. Elle souligne cependant qu’elle n’est pas contre l’idée du carburant écologique vu qu’elle a toujours été favorable à l’huile de colza. Celle-ci est en effet intégrée depuis quelques années à un taux de 5% dans le diesel, vendu dans la majorité des stations-service. Ce « biodiesel » est pour l’instant le seul compromis légal en France. Pour utiliser un taux plus élevé, il faut une dérogation spéciale auprès de la DGCE.

You must be logged in to post a comment Login